Portrait: Joséphine Draï

Portrait: Joséphine Draï

Après la télévision, la radio, et le cinéma , Joséphine Draï sera à partir du 19 janvier à la Nouvelle Seine avec son spectale "Joséphine se POse" , où elle se raconte entre musique et humour. Comédienne touche-à-tout, Joséphine se dévoile.

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Joséphine Draï: Je m’appelle Joséphine Draï, j’ai 31 ans, je suis comédienne, mais également auteure (dans le grand sens du mot, c’est à dire que j’écris autant de sketchs que de chansons, en passant par des spectacles et des scénarios)

Ton spectacle, « Joséphine Ose » où tu traçais le portrait d’une fille de 25 ans, un peu trash, cherchant l’amour et la perte de poids, a été un franc succès. Alterner sketches et chansons ce n’est pas anodin, tu nous en dis plus ?

Quand j’ai commencé mon 1er spectacle, c’était très peu vu en effet, je ne pouvais pas citer d’autres spectacles mélangeant humour et chansons, mais chansons « pas comiques », chansons poétiques ou même tristes… Aujourd’hui, plus de 4 ans plus tard, le concept « a fait des bébés » et plusieurs artistes font la même chose ! Je n’avais évidemment rien inventé hein, mais je vois beaucoup plus de « one man show musicaux » dans Paris ! Ce qui me plait dans ce concept, c’est la rupture constante que cela crée, entre ces deux univers… Quand on chante, le public est emporté, il est dans une atmosphère flottante, et quand on reprend le texte, ça casse ce rythme et donne une énergie particulière que j’affectionne beaucoup, surtout à alterner !

Puis « Joséphine Ose » est devenu un livre,  co-écrit avec Alexandra Cismondi, dans lequel tu nous apprends à faire face aux situations les plus embarrassantes. Comment s’est passée l’écriture?

Avec Alexandra, c’est une histoire de loooongue date ! Elle est avant tout une amie ! Quand on m’a proposé d’écrire ce livre, il m’a semblé tout naturel de collaborer avec elle, elle est déjà la co-auteure du 1er spectacle (et du second d’ailleurs !) On a fait plein de réunions d’écriture, plusieurs heures, chez elle, chez moi ou souvent dans des cafés avec nos ordinateurs, et on « ping ponguait », chacune balançant une idée, même nulle, qui débouchait toujours sur une autre idée, etc etc. Mais on a surtout énormément ri à écrire autant de débilités gratos condensées en une page ! J’ai des souvenirs de fous-rires mémorables et de gens très gênés dans les cafés à nous entendre dire « tu préfères caca ou chiasse ? » « bite poil ou juste bite » ?

Entre temps on a pu t’apercevoir dans Clique, aux côtés de Mouloud Achour puis dans La Nouvelle Edition. Tu tiens également une chronique décalée sur France Inter dans l’émission « La bande originale » avec Nagui. Quelles qualités sont requises pour être "chroniqueuse humoristique"?

Je pense que plusieurs qualités sont nécessaires (ce qui ne veut pas dire que je me les octroie ! moi je me trouve tout le temps naze donc bon, je suis pas ma meilleure juge) mais je pense qu’il faut de la rapidité d’esprit, de la répartie à toute épreuve. Avoir le sens du rythme, quand placer une vanne, laisser parler l’invité, rebondir au bon moment, parfois il est trop tard, il faut savoir le sentir… Et pour l’écriture des chroniques, je pense que le principal c’est d’avoir « un angle » personnel, inédit, même absurde, mais qui éveille quelque part, qui déroute... Un milliard de chroniques ont été écrites sur les contes de fées par exemples, mais si je choisis de dire que j’ai écrit un conte de fées spécial pour les enfants, pour leur apprendre la « dure réalité » au lieu de leur faire croire n’importe quoi, j’ai un angle, et je déroule mon « faux conte de fées » pour enfant sur une base absurde mais j’espère pas trop déjà-vue ( comme sur cette vidéo ) . Ensuite, à mon avis, le fait que je sois comédienne et que je chante m’apporte beaucoup pour rendre au maximum « vivant » mon texte, lui donner du relief, des surprises, encore une fois, tout est une question de rythme.

Et on te retrouvera à nouveau sur scène, à partir du 19 janvier, pour un nouveau spectacle : « Joséphine se POse ». Donne-nous envie de venir te voir!

JE DONNE 100 BALLES ET UN IPHONE 7 A N’IMPORTE QUI QUI VIENT !!!! (je déconne, haha la meuf désespérée pour que sa salle soit remplie !). Je dirais que les gens qui n’aiment pas le stand-up pur à base de « je sais pas si vous avez remarqué », qui aiment l’absurde, un peu la magie, beaucoup la musique, un peu le caca, mais surtout ceux qui ont entre 9 et 99 ans, seront bienvenus ! C’est un spectacle qui aborde les angoisses, les peurs, d’une femme qui va peut être devenir maman… ou pas… Que se passe-t-il dans la tête de quelqu’un qui attend la réponse d’un test de grossesse ? Franchement, ça fait bien flipper… mais la réponse est sur scène… En tout cas « ma » réponse !

Mais tu écris aussi ! Notamment des chansons pour des artistes. Qui sont-ils ?

Depuis que je joue mon 1er spectacle, que je fais beaucoup de radio, de télé, que j’ai la chance de tourner dans des projets en tant que comédienne, je n’écris presque plus pour d’autres… et je le déplore car j’adore ça !!!! C’est comme être dans un rôle pour moi. La dernière personne pour qui j’ai écrit s’appelle Schérazade et dans le passé j’ai écrit sur plusieurs albums de Sheryfa Luna, une chanson avec Elodie Frégé, un générique de téléfilm pour M6 ou encore un chant de Noël composé par Ennio Morriconne, des choses très disparates donc !!!! Comme les rôles 😉

Tu as un don indéniable pour écrire et chanter. Ton père, Philippe Draï, et Bashung y sont pour quelque chose ? 

Je pense en effet que mon « oreille musicale » vient directement de mon père, qui est batteur-percussionniste et qui chante aussi très bien ! Il sait tout faire quoi !!! (la fille à son papa qui parle !) Mais ma tante est également chanteuse professionnelle, et mon arrière grand-père était musicien… J’ai appris seule à jouer de la guitare et à chanter, ça doit être un « héritage familial » comme on dit ?

En 2015 aura fini avec toi sur les écrans de cinéma dans Baby-sitting 2, surement une folle expérience. Comment as-tu intégré le casting ?

J’avais tourné dans Paris à tout prix, de Reem Kherici, co-réalisé par Nicolas Benamou et avec Philippe Lacheau dedans ! On avait bien rigolé pendant le tournage… Du coup, ils ont pensé à moi pour leur film ! Ils m’ont carrément écrit le rôle dans Babysitting 2 (elle s’appelle même Joséphine). J’ai dû faire répéter la phrase 48 fois à Philippe quand il m’a appelé, tellement je ne réalisais pas… la chance que j’avais.

Le chant, la comédie, le théâtre, le cinéma... tu as investi tous les domaines. Mais si on te demandait de choisir, vers lequel irais-tu naturellement ?

La comédie certainement. C’est là qu’on peut le plus varier les plaisirs. Surtout si je peux collaborer à l’écriture des rôles !

Quels sont tes prochains projets ?

Mon principal projet : faire que ma salle soit remplie à craquer tous les mardis soirs jusqu’à fin mars !!! Pour trouver un producteur pour continuer l’aventure dans de supers conditions !!! En février, je démarre le tournage du prochain film d’Audrey Dana « Si j’étais un homme » ! Avec Eric Elmosnino, Christian Clavier, Alice Belaidi ! Un rôle super, mais secret héhé ! Tellement hâte ! Audrey est une personne tellement inspirante ! Je tourne également un petit rôle dans la série « Les beaux malaises » avec Franck Dubosc qui passera sur M6, en février aussi. Et ensuite, j’enchaine avec le tournage de la saison 2 de « Ma pire angoisse » de Romain Lancry (qui passait sur Canal Plus dans Le Before l’année dernière). J’ai également un long métrage en écriture, « Fille unique », que j’espère finir pour l’été prochain ! J’ai 12938473273 autres projets évidemment, mais la superstition (et ma peur du mauvais œil, haha la folle) m’obligent à fermer ma grande gueule pour l’instant !

Tu vis dans un quartier très sympa de Paris ! Que signifie Paris pour toi ?

Je viens de quitter le 6ème, Saint Germain des Près, après 11 ans dans ce quartier. J’ai basculé Rive Droite !!! Sacrilège ! 😉 Mais dans tous les cas, pour moi, Paris sera toujours un peu « le pont des Arts », qui était juste derrière chez moi, les galeries d’arts, les vieux bistrots avec les serveurs aigris qui vous parlent comme à une merde, les lumières qui éclairent les vieux bâtiments, tout simplement La Seine entière, je crois… Paris, pour moi, c’est une source d’énergie, un mouvement perpétuel, tout est une question de rythme… ( la meuf se répète, mais là c’était fait exprès)

Où peut-on te rencontrer en train de boire, manger, rire aux éclats ou danser ?

Pour tout ça, chez moi principalement, depuis que j’ai déménagé ! Haha donc on va éviter l’adresse ! Mais j’organise très très (trop ?) fréquemment des apéros qui traînent, où on est une dizaine, même en semaine, j’adoooore ! Sinon, le soir, j’aime sortir à La Mano (dans le 9ème), il y a aussi le bar à cocktails Le Syndicat  ! Pour la nourriture, j’ai découvert chez Floyd’s, super barbecue et je kiffe les cookies géant au cœur noisette de chez La mie câline (rien à voir, mais le sucre étant ma passion dans la vie, je devais vous le dire)

Alors nous ce qu’on aimerait savoir c’est… Joséphine, en 2016, tu te poses ?

Vous savez quoi ? Rendez-vous le 31 décembre 2016 et je vous jure que je vous réponds… J’en saurai un peu plus moi aussi! Moi, tout ce que je veux en 2016, c’est surtout décoller… on verra plus tard pour l’atterrissage !?

 

Propos recueillis par Les P'tits Parisiens

Pour suivre l'actualité de Joséphine c'est par ici

Pour réserver vos places pour son spectacle*, c'est par .

* tous les mardi à 20h, du 19 janvier au 29 mars 2016 à La Nouvelle Seine (sur les berges, face au 3 Quai Montebello 75005 Paris)

 

DSC_0984

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*