Karolyne Leibovici – co-fondatrice de l’agence AK Communication : « J’aime les gens qui tentent des choses »

©  Édouard Richard pour Les P'tits Parisiens

Neuilly Sur Seine – c’est par un temps gris que nous avons rendez-vous au restaurant Livio avec la rayonnante Karolyne Leibovici, co-fondatrice de l’agence AK Communication qui gère la représentation d’artistes. Elle s’occupe aujourd’hui des dizaines de clients dont Amelle Chahbi, Virginie de Clausade ou encore Pierre Niney. Véritable acharnée du travail et détentrice d’un savoir-faire unique, Karolyne n’hésite jamais à donner le meilleur d’elle-même. Rencontre avec cette femme ambitieuse.

Véritable entrepreneuse, elle mène de front une carrière réussie dans un domaine qu’elle affectionne aujourd’hui particulièrement : la communication. Cependant, rien ne la prédestinait à ce destin. Karolyne a grandi à Neuilly-Sur-Seine et a rêvé très tôt de devenir psychologue en criminologie. « J’ai toujours cherché à comprendre le passage à l’acte… Donc après avoir fait des études de psychologie, j’ai souhaité faire une équivalence aux États-Unis. Ça ne me rajeunit pas, mais à l’époque ces métiers n’étaient pas très développés en France. » C’est donc un sac sur le dos qu’elle s’envole vers Los Angeles. Elle fait alors la rencontre d’un maître de conférences qui avait collaboré avec le FBI et là le couperet tombe : elle réalise que ce métier est bien plus difficile qu’il n’y parait. « Je me suis dis : je suis très bonne pour trouver l’assassin devant une série, mais ce métier est-il fait pour moi ? » Son visa étudiante en poche, elle décide de rester dans la ville des anges et enchaîne les stages dans les médias. C’est ainsi qu’elle découvre le métier de publiciste. Passionnée par le cinéma et la radio, son retour en France est certain et sa voie est désormais toute tracée. Elle aimait l’idée d’entrer dans l’histoire de quelqu’un et à ce moment-là elle ne le savait peut-être pas mais elle allait réussir à devenir une alliée pour beaucoup d’artistes. Karolyne rencontre son associée, Anne, avec qui elle décide très vite lors d’un déjeuner chez Livio de s’associer et de monter une agence. « Au pire si ça ne fonctionnait pas, cela aurait juste été une claque à l’égo » déclare-t-elle. Ouverte en 2003, l’agence AK Communication est à ce jour l’une des plus puissantes du marché.

© Édouard Richard pour Les P'tits Parisiens
© Édouard Richard pour Les P’tits Parisiens

Ak communication est un bureau de conseils spécialisé dans la représentation d’artistes. En parallèle, elles s’occupent aussi des relations presses et publiques de divers événements. Pourquoi AK ? Ce sont les initiales des deux wonderwoman a la tête de cette agence : Anne et Karolyne. Si elles ont décidé de mêler leurs compétences, elles ont surtout réussi à donner à ce métier une approche totalement humaine. Loin des paillettes et des clichés, Karolyne tient absolument à garder des relations proches avec ses clients. Elle nous explique : « Je dois essayer de défendre les intérêts des personnes que je représente au mieux, et je fais mon maximum pour chacun de mes clients.» Elles sont trois à l’agence, car Marine Dupont les a rejointes, et elles gèrent d’une main de maître une trentaine de clients de divers milieux. « Tant que le projet m’interpelle et m’intéresse je suis la personne… J’aime les gens qui tentent des choses comme Laurie Cholewa qui a sorti un livre alors qu’elle est animatrice sur Canal+ ou encore Cécile Cassel, actrice mais qui se construit une solide carrière dans la musique. » Karolyne est une femme fracassante : d’une honnêteté à toute épreuve et en phase avec elle-même, son métier elle l’a dans la peau.

© Édouard Richard pour Les P'tits Parisiens
© Édouard Richard pour Les P’tits Parisiens

Pour elle, c’est certain, depuis ses débuts, le travail de publiciste s’est métamorphosé :  « Les médias ont changé et beaucoup de choses se font à travers le digital. Avant, la promo web c’était un peu le parent pauvre et depuis quelques années c’est une vraie partie intégrante. Il y a aussi un vrai pouvoir des annonceurs… Et surtout aujourd’hui n’importe qui avec les réseaux sociaux devient son propre outil de communication. Il n’y a plus de distance entre la vie privée et la vie professionnelle, mais utilisés à bon escient c’est aussi une manière d’offrir ce qu’on veut de soi et donc de maîtriser son image.» La multiplication des agences démontre que ce métier se développe et est inhérent aux carrières des artistes en général. Elle connait les rouages de ce métier par coeur et confirme son aisance : « Pour moi c’est important d’écouter son client, de répondre à ses attentes et ses envies. Quand quelque chose se veut impossible, je cherche des alternatives. »

Bien qu’elle soit déterminer à mener d’une main de fer sa carrière, elle sait aussi prendre soin d’elle. « Je suis quelqu’un d’assez sportif, ça me permet de rester zen.», déclare-t-elle. Et son astuce pour trouver un équilibre ? Les voyages ! « J’adore voyager et tout les ans je fais deux beaux voyages avec ma mère. Voyager c’est aller à la rencontre d’autres cultures, d’autres parfums et ça permet d’appréhender différemment les choses et c’est hyper enrichissant.»

Pour Karolyne, Paris c’est la ville cosmopolite par excellence. « Pour avoir beaucoup voyager je me rends compte que je ne fais jamais la touriste ici. ON a nos vies, nos boulots, nos potes et nos réseaux et le temps passe et on n’en profite pas. Ici, on peut ne pas avoir envie d’aller au théâtre ou à l’Opéra mais on est entouré de ça, c’est une vrai ville de culture. J’adore.»

Quand elle n’est pas au bureau en train de caler des interviews, Karolyne aime boire des cocktails à l’Hotel du Temps. En tant que fan absolue de ceviche, elle adore aller avec quelques amis à La Cevicheria.

Propos recueillis par Louisa Marteau-Rehaz

Photos : Edouard Richard

Pour retrouver toutes les informations concernant AK Communication, c’est ici.

Pour suivre les aventures de Karolyne, c’est par .

 

Leave us a Message