Maud Givert, une étoile née ailleurs.

Maud G3

Paris. Le Square Gardette. Quelques nuages gris. Et Maud Givert au milieu. Actuellement sur les planches pour son one-woman-show, slash pièce de théâtre, « Et si j’étais née ailleurs » au Sentier des Halles, Maud nous parle de ses débuts, de son métier et de son amour pour Paris. A la fois belle et rebelle, sincère et cinglante, son ton nous étonne par sa douceur. Elle mêle les rires et les sourires comme si finalement c’était un moyen ludique de se raconter. Pari réussi, on est sous le charme de cette comédienne à la tête bien faite avant même le début de cet entretien.

C’est d’ailleurs sur le ton de l’humour qu’elle se présente : « A priori je suis une Femme, je ris très fort, j’adore mettre ma tête à la fenêtre quand la voiture roule vite et l’odeur de l’essence. Par contre je déteste les gens qui mangent la bouche ouverte, les ballerines et les moules ». On comprend mieux pourquoi elle a choisi la catégorie one-woman-show pour son spectacle. Même si elle rappelle que faire rire n’est pas son unique ambition: « C’est un spectacle drôle, mais pas que. Mon but n’est pas de faire de la punchline toutes les deux minutes, mais plutôt de raconter une histoire. Il se situe vraiment entre le théâtre et le one-woman-show: je ne fais pas de « stand-up », j’interprète des personnages, sept en tout, trois mères de Familles avec leurs filles. Elles sont issues de milieux sociaux complètement différents et sont absolument cinglées/horribles. Puis on découvre ces trois filles qui ont grandi, elles ont 30 ans : Bertille, Prune, Reine-Claude. Que sont-elles devenues ? A quel point leur éducation a déteint sur chacune d’elle? Cela fait donc six personnages, il en reste un que je garde secret pour intensifier le suspense incroyable de cette description ». On lui fait remarquer que ce qui nous intrigue le plus c’est le titre, c’est alors qu’elle explique: « Pendant très longtemps je me suis demandée pourquoi j’étais née dans ma famille? Je regardais les familles des autres en me disant que c’était forcément mieux là-bas. Aujourd’hui, je suis convaincue qu’il est plus important de se préoccuper de ce qu’on a plutôt que de rêver à ce que l’on n’a (n’est) pas et je suis surtout très heureuse d’être comme je suis! Mes personnages sont le reflet de celle que j’aurais été si j’avais par exemple grandi dans un village paumé de Belgique ou dans une famille ultra catho… ». Avec cette foultitude de personnages à jouer, elle admet qu’elle a une préférence pour Bertille la belge naïve qui ne croit pas au mal et rêve d’amour. « C’est vrai ça fait niais comme ça mais attendez de l’entendre parler… Je vous assure que vous ne vous croirez pas dans un conte de fées! » nous dit-elle fièrement.

Maud G5

Cette pièce, qu’elle a écrite toute seule, a été le fruit d’un long travail. Ne souhaitant plus être dépendante du désir des autres, elle décide de se faire confiance et d’écrire. Première scène ouverte « Le Talent de Ménilmontant » où chaque candidat a dix minutes pour faire rire les gens – elle sortira du lot puisqu’elle remportera chacun des concours et ce jusqu’à la finale. Le prix? Six dates au théâtre de Ménilmontant pour lesquelles elle monte son propre spectacle. « L’inspiration est venue sans trop réfléchir: depuis toujours j’ai l’impression de cohabiter avec pleins de personnages, je me suis donc mise à faire des impros toute seule dans mon salon avec mon enregistreur et c’est comme ça que j’ai écrit. » affirme-t-elle. « Comme je l’ai dit, j’aime faire rire car c’est une sensation incroyable, faire rire beaucoup de gens d’un seul coup ». On se demande si elle ne va pas devenir notre meilleure amie. Voila ce qu’elle inspire.

Etre seule sur scène, ce n’est pas ce qu’elle préfère mais pour Maud c’est une expérience enrichissante et formatrice « on force la concentration, l’imaginaire, le jeu  doit être plus intense car on ne peut jamais se reposer ou se nourrir de l’autre. » C’est très (très) jeune que Maud commence sa carrière de comédienne. Et pour cause, c’est à deux ans, dans un Courtepaillle sur une air d’autoroute qu’elle fait ses premiers pas: « On s’était arrêté avec mon père faire une pause sur la route des vacances et il y avait comme une petite scène dans le restaurant alors je forçais ma sœur qui avait sept ans à faire le spectacle avec moi et à jouer le rôle de Bernadette. Le théâtre a toujours était mon activité préférée ». Aujourd’hui, les projets se bousculent et outre l’envie de jouer encore très longtemps, elle écrit son premier court-métrage mais aussi une pièce de théâtre. Le cinéma indéniablement l’intéresse et quand on lui demande LE rôle qu’elle aimerait avoir c’est celui d’une chanteuse qu’elle choisit d’office :  » Une chanteuse de ouf, qui a une vie absolument dingue, décousue, tragique, rock. Mon rêve absolue était de jouer le rôle d’Edith Piaf, mais il me semble que ça a déjà été brillamment fait non ? ».

Maud G6

Maud, comédienne/parisienne, aime sa ville. Pour elle Paname c’est La liberté. Sa liberté. L’indépendance, les possiblités, l’anonymat et le succés. Le stress, le tourbillon , le gris et la lumière. « C’est ma ville aujourd’hui , et pour faire bien cliché : je l’aime autant que je la hais. Je n’ai souvent qu’une envie c’est de me barrer et quand j’en suis loin plus de deux semaines, elle me manque. »

Quand elle n’est pas sur scène ou en train d’écrire chez Canal + on peut retrouver cette bonne vivante en train de prendre l’apéro aux Bonnes Soeurs dans le 9e ou de diner chez John Viande dans le 10ème.

Propos recuillis par Les P’tits Parisiens

« Et si j’étais née ailleurs », tous les jeudi à 21h30 au Sentier des Halles. Pour réserver vos billets rendez-vous ici.

Leave us a Message