Libre est Anouchka Delon.

Anouchka 5

14ème arrondissement, Théâtre Rive Gauche, notre Uber s’arrête. Un jeune couple patiente devant, casques de scooters aux bras. C’est Anouchka Delon, jeune comédienne de 25 ans, et son compagnon, à la vie comme à la scène, Julien Dereims, avec qui elle partage l’affiche de « Libres comme les Papillons ». Anouchka qui se décrit comme « idéaliste, rêveuse et passionnée », a accepté de se livrer à nous. Ils sont pressés, la promotion de la pièce est à son paroxysme. De plateau TV en émissions de radios, ils doivent se raconter et raconter ce nouveau projet. L’adrénaline engendrée par tout ce travail se lit dans leurs yeux. Bonheur intense de comédiens passionnés.

Anouchka commence sa carrière très tôt: elle joue aux côtés de son père, Alain Delon, dès l’âge de douze ans dans un téléfilm: « Le Lion ».  Elle suit une formation théâtrale au cours Simon et quelques années plus tard, elle le retrouve à nouveau, au théâtre cette fois, pour la pièce « Une journée ordinaire » d’Éric Assous. Début 2014, c’est dans la fabuleuse pièce « Hibernatus » qu’on a pu la voir aux côtés entre autres de Jean-Luc Reichmann et Ingrid Chauvin. Force est de constater qu’elle a la scène dans la peau. On se demande alors si le théâtre est un parti pris,  « C’est plus un hasard. Tout ce qui me tombe dessus professionnellement parlant en ce moment concerne le théâtre et j’adore ça. C’est un vrai bonheur, une passion, une bonne école aussi. Je rêve de faire du cinéma, ça m’a toujours fait rêver. Mais ça va venir ! » abonde Anouchka.

La comédie romantique « Libres sont les Papillons » réadaptée  par Eric-Emmanuel Schmitt, est son nouveau challenge. Anouchka nous conte le synopsis: « C’est l’histoire d’une rencontre entre deux jeunes personnes que tout oppose.  Quentin un chanteur-compositeur romantique issu d’un milieu bourgeois et classique, vient de s’installer dans un appart et rencontre sa voisine, Julia une jeune fille libre et ouverte issue d’un milieu populaire qui vient à Paris pour devenir actrice. Entre eux arrive Florence Becker, la mère de Quentin. Elle est très possessive avec son fils et veut le faire revenir à la maison. Tout cela tourne autour d’un secret ». Une pièce qui parle avant tout d’amour. Et si elle aime aimer, elle reste persuadée que c’est quelque chose qui s’apprend: « Nous avons tous tendance à aimer les gens qui nous entourent mais sans vraiment savoir comment. Eric-Emmanuel Schmitt a voulu transposer cette pièce dans le Paris d’aujourd’hui car c’est un sujet universel, hors du temps». Elle y joue le rôle de Julia. Une fille libre, qui papillonne, va dans tous les sens et qui n’a pas encore trouvé son chemin de vie. « Elle ne me ressemble pas du tout ! » s’exclame-t-elle. « Elle est très ouverte et extravertie alors que moi je suis une grande timide. C’est stimulant de jouer un personnage à l’opposé de ma personnalité. » C’est en compagnie de Julien, qu’elle poursuit ce projet. Il lui donne la réplique et ils aiment partager cette passion du jeu ensemble. C’est d’ailleurs ce fringant duo qui a monté le projet et qui lui a permis de voir le jour :   » Notre professeur de théâtre Cyril Jarousseau nous a parlé de cette pièce. Nous l’avons lue et nous en sommes tombés amoureux. Alors, pensant que nous n’avions rien à perdre, on a commencé à contacter les gens pour la monter. Et on a bien fait car Jean-Luc Moreau et Eric-Emmanuel Schmitt nous ont fait confiance et dit oui tout de suite ». Son enthousiasme transparaît et nous contaminerait presque.  » C’est comme ça qu’il faut travailler, il faut être moteur de ses projets. » ajoute-t-elle.

Anouchka 1

Ses talents de comédienne ne sont plus à démontrer, et il ne serait anodin de souligner qu’avec un tel nom de famille, la barre est forcément très haute. Mais elle a su s’imposer et se faire un prénom dans ce milieu hautement exigeant: « Je ne sais pas si j’ai réussi a me faire un prénom mais en tout cas j’y travaille tout les jours. On me parlera toujours de mon père même dans 30 ans. Il faut que j’avance avec, que je travaille avec, tout en traçant ma propre route ».

Et Paris, elle en pense quoi? « La vie, la fête, l’amour. Pour moi cela signifie la ville qui ne meurt jamais. Malgré les évènements qui nous touchent elle reste debout, elle continue à briller quoi qu’il arrive. »  Quand Anouchka n’est pas sur scène, vous pouvez la croiser dans le quartier de l’Opéra, où elle aime déjeuner ou au VIP Room dont elle adore l’ambiance ! « J’adore sortir, bouger, me balader, surtout dans une belle ville comme la notre!  »

Rive Gauche (1)

 

Propos recueillis par Les P’tits Parisiens

Libres sont les Papillons, au Théâtre Rive Gauche, avec Anouchka Delon, Nathalie Roussel, Julien Dereims & Guillaume Beyeler

Pour réserver vos places, c’est par ici !

Pour suivre l’actualité d’Anouchka Delon, c’est par !

 

Leave us a Message