Le BAAM: l'association qui aide les migrants.

Le BAAM: l'association qui aide les migrants.

Les cours de français, les permanences juridiques, le bal des migrants, les événements, les combats menés: tout, absolument tout, nous démontre que le Bureau d'Accueil et d'Accompagnement des Migrants (BAAM) est aujourd'hui l'un des collectifs les plus puissants de Paname. Rencontre avec la secrétaire adjointe mais surtout la co-fondatrice: Manon Ahanda.

fullsizerender-4

C'est en 2015 que l'association a été créée. Depuis, elle n'a plus jamais arrêté de se battre et de fournir un travail titanesque pour permettre l'accueil et l'intégration des migrants dans le plus grand des respects. Manon, 25 ans, et parisienne depuis quelques années, ne jure que par cette lutte. Sa vie est désormais rythmée par son engagement associatif. "Les gens disent que je vis, je dors et je mange migrants. C'est presque ça. Même les jours où je ne suis pas en contact direct avec l'association ou les migrants et bien je fais quelque chose en rapport à eux." Étudiante en école d'assistante sociale, elle mène de front ses études et son rôle au sein du BAAM. "Je ne me demande pas pourquoi j'aime aider les autres car pour moi c'est normal. Je ne considère pas faire des choses exceptionnelles. J'ai toujours trouvé des gens présents pour moi quand j'étais dans la galère, alors je suppose que je rends la pareille?" renchérit-elle, le sourire en coin.

fullsizerender-3"J'ai rencontré Héloïse, la présidente du BAAM, un jour où je craquais. Elle a su avoir les mots et on ne s'est plus quitté". Manon comprend vite qu’Héloïse est une personne avec qui elle pourrait réaliser de beaux projets comme soulever le monde. "On a les mêmes idées, la même façon d'envisager les choses même si Héloïse doit parfois me recadrer car j'ai tendance à voir bien trop grand !" Elles décident alors de mettre leur force en commun, rassemblent leur cœur et créent l'association. Elles sont accompagnées de personnes qui partagent leurs valeurs et l'envie féroce de faire bouger les lignes. Manon continue: "Mon but premier est de faire comprendre aux gens que les migrants ne sont absolument pas un problème et que notre pays a les moyens de les accueillir dignement." Si à la base ils sont une vingtaine à se battre, aujourd'hui le BAAM compte des centaines d'adhérents. Tout le monde peut les rejoindre et les aider que ce soit par le biais de dons financiers ou d'actions sur le terrain. Différents pôles existent pour cela: culturel, juridique, santé, insertion à l'emploi, l'enseignement du français. Vous l'aurez compris, en se rendant sur le site, vous trouverez les différents moyens de les soutenir : de l’achat d’une couverture à l’aide administrative en passant par l’organisation des événements.

fullsizerender-6

"Il ne faut pas oublier que les migrants s'ennuient... On n'appuie jamais sur ce point mais c'est, à mon avis, ce qui devrait déclencher l'envie d'être à leurs côtés. Ils sont coincés, n'ont aucune attraction, rien". C'est pour cela que le BAAM crée de nombreux événements, comme le Bal des Migrants en juillet dernier et font profiter les migrants d'invitations afin de les initier à la culture parisienne. Concerts, expositions, sorties cinéma autant d’activités qu’ils effectuent ensemble. D'ailleurs, ils reçoivent chaque mois des centaines de places offertes par des acteurs majeurs du monde culturel comme, entre autres, le label Because, le Philharmonie de Paris ou encore Nekfeu (qui prépare avec l'association un festival pour 2017). Pour elle c'est clair, pas question de faire de l'humanitaire, ici c'est un réel combat politique : "Faire un contre bal des pompiers avec le bal des migrants ou alors une rentrée pour les mineurs isolés qui en sont privés, c'est affirmer haut et fort que nous sommes contre la politique migratoire et ses pratiques."

Si elle aime Paris autant qu'elle la déteste, Manon sait profiter des endroits sympas dont regorge la capitale. C'est au Sunset, que souvent elle boit des verres, "Johnny est le meilleur serveur du monde!".

15107433_582475075277695_3471239010488426033_n

15284981_10155640125724625_7629081998685838572_nRetrouvez le BAAM le dimanche 18 décembre au Riviera - Paris pour une journée d'échange et de solidarité et surtout pour l'exposition "Dans leurs yeux"  avec des photos réalisées pour les migrants.

"Une façon de redonner la parole aux principaux concernés et leur laisser l'occasion d'exprimer par eux-mêmes leurs conditions de vie. Il s'agit de donner à voir sous un autre angle que celui adopté par les différents médias la situation de crise que ces personnes traversent. Leur redonner ce pouvoir c'est leur permettre de laisser place à leur créativité, leurs discours et leurs rêves parfois."

Propos recueillis par Louisa Marteau-Rehaz

Pour suivre l'actualité du BAAM, c'est ici.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*