Gianni Giardinelli : « J’avais envie de montrer mon regard sur le monde que j’ai pu traverser »

© Martin Lagardère pour Les P'tits Parisiens

Gianni Giardinelli est comédien slash photographe. Depuis quelques années, il immortalise des moments. Et c’est en tant qu’autodidacte qu’il a décidé de présenter ses clichés publiquement. Son exposition « Les Invisibles » se tiendra au Noun Paris​ jusqu’au 30 juin prochain. Un nom audacieux pour une série de photos fracassante. « J’avais envie de montrer mon travail, les photos, mon regard sur le monde que j’ai pu traverser. » Rencontre.

Paris XVIIIème, rue du Ruisseau. Gianni nous accueille grand sourire au Noun, où il expose ses photos. Son vernissage a rameuté du monde et jusqu’au 30 juin prochain il compte attraper les regards de ceux qui passent le pas de la porte de ce restaurant. Des photos de voyage, de paysages, de visages… Des émotions savamment retranscrites qui nous prouvent que Gianni est déjà un grand photographe. « Est-ce que c’est à moi de me considérer comme photographe ? Ou est-ce aux gens de me considérer comme tel ? Personnellement, j’ai dû mal à le dire. On est tous un peu photographe maintenant…« 

© Martin Lagardère pour Les P'tits Parisiens
© Martin Lagardère pour Les P’tits Parisiens

C’est à l’âge de dix ans qu’il fait ses premiers pas en tant que comédien, ce qui lui permet d’enchaîner les rôles dans des films, téléfilms et autres publicités. Mais il y a sept ans, une autre passion s’empare de lui : la photographie. « C’est un peu par hasard en fait… J’aimais bien prendre des photos et c’est un ami qui m’a dit que je devrais approfondir le truc car j’avais le sens du cadre. C’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! » Les voyages s’enchaînent grâce aux tournages sur lesquels il continue de travailler et quoi de plus propice que des paysages pour s’exercer à la photographie ? «  Et puis j’ai découvert le portrait, qui est un autre regard encore. Tu fais face frontalement à quelqu’un. Il y a un rapport qui s’instaure et mon but c’est de mettre à l’aise la personne et d’en tirer quelque chose » nous explique-t-il. 

Gianni se construit une solide expérience à travers de nombreux événements : «  Il n’y a pas longtemps, il y a Brahim Asloum qui faisait un gala de boxe et comme j’aime bien la boxe, je m’y suis retrouvé, au pied du ring à prendre en photo les boxeurs. Grâce à cela, tu as accès à des choses en premier plan. J’étais aussi à la manif anti-FN. Je me suis régalé, j’étais au milieu des militants, des casseurs. C’était la première fois que j’étais au milieu d’un bordel comme ça… C’est excitant d’en faire partie. » 

 

Sur les photos exposées, on retrouve pas mal de paysages, mais aussi des gens qu’on aperçoit… Ici, on voit clairement le rapport de l’homme à l’urbanisme et ce qu’importe la ville. Pourquoi Les Invisibles ? « J’ai appelé ça Les Invisibles parce que ça peut être des personnes qu’on croise et qu’on ne voit pas… Parfois ça peut être une ombre furtive mais que j’ai eue par chance. J’ai une photo, c’est d’ailleurs l’une de mes premières, à la mosquée de Tanger, où il y a juste un personnage qui passe. Et ça, c’est le genre de premier souvenir qui m’ont fait  dire « là j’en ai une belle ».. Bon c’est un sentiment subjectif et propre à chacun je suppose, mais j’ai aimé le ressentir. » Le lien de toutes ces photos restent incontestablement le voyage. « L’homme n’est pas grand chose en fin de compte. Il ne faut pas l’oublier…. On a tendance à se sentir au dessus de tout. » renchérit Gianni.

© Martin Lagardère pour Les P'tits Parisiens
© Martin Lagardère pour Les P’tits Parisiens

Ses projets ? « J’aimerais bien faire un livre et puis d’autres expositions… Et puis je continue de travailler en tant qu’acteur. Je viens de tourner pour TF1« . Et s’il a un conseil à donner c’est bien d’entreprendre avec le cœur et de ne jamais avoir peur de se tromper. 

Les P’tits Parisiens sont fans de ses photos et conseillent vivement à tous d’y faire un tour pour s’inspirer, réfléchir et voir même se procurer l’une d’elles. 

 

Ps : Quand il ne prend pas de photos, Gianni dîne forcément au Noun ! 

 

Propos recueillis par Louisa Marteau-Rehaz

Photos : Martin Lagardère

 

[box]Exposition Les Invisibles
Jusqu’au 30 juin 2017 au Noun
41 rue du ruisseau 75018 Paris[/box]

Pour suivre ses actualités, c’est par .

 

Leave us a Message